Région de l’Est: Toutes les écoles situées à 16 kms d’une voie bitumée, sont fermées et parfois occupées par les terroristes.

Le drame, c’est le silence complice des autorités face au KO qui règne. Seuls les villes et villages comme Fada, Matiacoali, Kantchari, Diapaga, Bogandé, Pama, peuvent encore compter quelques écoles. Les populations sont chassées de leurs champs. Les fils de la Région qui sont dans le gouvernement sont tellement lâches et égocentriques que seule la sécurité de leur famille directe les intéresse.

L’autre drame, c’est cet esprit d’espectative des populations face au mépris des autorités à leur égard, et à la menace de ces êtres nuisibles.Elles ne se défendent pas, elles ne réclament rien. Elles se contentent et subient en douceur au bonheur de l’ennemi. Elles refusent de s’organiser pour s’auto défendre. Elles attendent l’État. Il n’y a pas un seul camp de déplacés comme ceux dressés par l’Etat dans les autres régions, telles celles du centre-nord et du Sahel.

Il n’y aura donc pas d’assistance humanitaire. Les militaires ne peuvent plus faire de patrouille car les routes non bitumées sont minées.Il ne reste que le combat aérien. Celui ci coûte tellement cher pour l’État, à tel point qu’il est obligé de choisir ses priorités. Et comme la région de l’Est n’a jamais figurée parmi les priorités de ces hommes qui nous dirigent depuis le 15 Octobre 1987, la priorité de l’heure ce sont les élections.

Toutes les autorités administratives ont fuit pour se réfugier dans les villes précitées.Dans quelques mois si rien n’est fait, le drapeau des terroristes flottera à Diapaga, à Gayeri… À quand otapuanu 2 ?

Larba Israel LOMPO

Image d’illustration

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :