Lancement de la Phase I de l’enrôlement biométrique : La confection du fichier électoral lancée

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a procédé, ce matin au lancement de la phase pilote de l’enrôlement biométrique. C’est la ville de Dédougou, dans la région de la boucle du Mouhoun, qui a abrité cette étape décisive entrant dans le cadre de la confection du fichier électoral biométrique dont le démarrage est prévu pour ce 10 février dans la Zone 1. C’est le président de la CENI, M. Newton Amed Barry qui a présidé la cérémonie, en présence du premier ministre DABIRE Christophe, des représentants des partis politiques, des responsables des FDS, de la société civile, des diplomates et de plusieurs autorités administratives coutumières de la région de la boucle du Mouhoun. 

Il y avait une forte mobilisation de la population à majorité jeune de Dédougou pour la circonstance. Les  opérateurs d’enrôlement, la brigade de vigilance et la commission administrative ; tout était bien installé à l’arrivée de la délégation de la CENI, pour permettre une simulation parfaite de l’enrôlement. Outre les outils de travail relatif à la confection du fichier électoral biométrique, il a été question d’inviter les burkinabè à se faire enrôler pour les élections à venir.

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a salué la belle organisation et la mobilisation massive de la population du village de Dédougou. « La cérémonie de ce jour, est une étape décisive du chemin, dans notre progression vers la confection de la liste électorale biométrique», a déclaré M Newton Amed BARRY. La technologie numérique comprenant entre autres la biométrie, offre un champ technique et scientifique, de formidables perspectives pour la transparence et la clarté d’un fichier électoral, a expliqué le président de la CENI. C’est pour cela, d’ailleurs, qu’elle est aujourd’hui au cœur des systèmes électoraux et d’identification en Afrique et dans le reste du monde, a-t-il souligné. 

La salle était pleine

Ce système d’établissement et de gestion du fichier électoral procure un net avantage en matière d’identification et de sécurité, comparé au système de fichier alpha numérique. Ce système il faut le reconnaître, au-delà de sa nouveauté, exige une technicité et une maîtrise parfaite de l’outil informatique. Il est onéreux, sensible, chronophage et nécessite une attention particulière tout au long de sa confection.

Le président de la CENI a ensuite invité les citoyens à une forte mobilisation pour faire face au défi de l’enrôlement biométrique. « Sans inscription sur la liste électorale biométrique, personne ne pourrait participer au vote et donc ne pourrait soutenir ni son candidat, ni son programme. N’acceptez donc pas de n’être que des électeurs virtuels. Tous les votes et toutes les voix comptent», a insisté M. Newton Amed Barry.

S’adressant aux partis politiques, il a appelé les partis politiques à mobiliser massivement leurs militants. Il a appelé la société civile à jouer son rôle de «conscientisation et de veille » pour un accompagnement qui se doit impartial et responsable. Dans le même ordre d’idée, le président de la CENI a appelé les médias; les partenaires techniques et financiers et tous les acteurs à accompagner davantage la CENI dans ce processus électoral, afin que toutes les exigences d’un scrutin transparent et honnête soient atteintes à chacune des étapes. «La qualité de la liste électorale en chantier dépendra  de  la  CENI  bien  sûr,   de l’opérateur technique partenaire, mais également des appuis conseils et accompagnements de tous les amis du Burkina.», a-t-il estimé.

Van Marcel OUOBA, Gulmu Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :