« I am a man » pour l’égalité des sexes

L’égalité des sexes est le principe selon lequel les hommes et les femmes devraient recevoir un traitement égal et ne devraient pas être victimes de discriminations basées sur leur appartenance à l’un ou l’autre sexe, hormis les cas où une différence de traitement serait justifiée par une différence biologique valable (dans le cadre sportif par exemple). Néanmoins, depuis plus de 25 ans, plusieurs formes de luttes pour l’émancipation et la valorisation de la femme sont menées.

Des progrès ont été accomplis dans le monde entier en matière d’égalité des sexes dans le cadre de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (notamment l’égalité d’accès à l’enseignement primaire pour les filles et les garçons), mais les femmes et les filles continuent de pâtir de discrimination et de violences dans toutes les régions du monde. Selon quelques statistiques du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD),

  • On estime qu’à l’heure actuelle, 750 millions de femmes et de filles dans le monde ont été mariées avant l’âge de 18 ans. Au moins 200 millions de filles et de femmes actuellement en vie ont subi des mutilations génitales féminines dans les 30 pays disposant de données représentatives.
  • Une femme sur cinq, dont 19% des femmes âgées de 15 à 49 ans, ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d’un partenaire intime ou des violences sexuelles de la part d’une autre personne. Pourtant, 49 pays ne disposent toujours pas de lois protégeant les femmes contre la violence domestique
  • Environ les deux tiers des pays des régions en développement ont atteint l’égalité des sexes dans l’enseignement primaire

Afin d’accélérer l’atteinte de  l’objectif Zéro discrimination basé sur le sexe, la représentation du programme des Nations Unies en partenariat avec l’ambassade de la Suède et du Canada, ont pris l’initiative de trouver une nouvelle stratégie de combat dénommée « I am a man » en francçais « Je suis un homme ».

« Je suis un homme » des mots est une action

Ce concept consiste à impliquer les hommes dans la lutte pour l’égalité des sexes en faisant d’eux, des personnes exemplaires. Il s’agirait de faire la promotion de la  » la masculinité positive » qui vise à faire participer les hommes à la promotion de l’égalité des sexes. Et pour le faire, le PNUD à travers une soirée de présentation du concept a invité les plus grandes stars Burkina que sont les artistes, les cinéastes, les comédiens et les hommes de médias à se joindre à ce combat noble afin de faire plus d’impact et de réussite.

Plusieurs noms comme Smarty, Ildevert MEDA (jouant le rôle de Monsieur L’abbé dans la série 3 hommes 1 village) Abdoulaye KOMBOUGRI (Alias Fils de l’homme), Hyppolite OUANGRANA plus reconnu sous le pseudonyme N’BABONGA, DAOUDA SANO, Abdoulaye DIALLO, etc. étaient présents. Ils ont de façon unanime louée l’initiative avant de prendre l’engagement de se joindre à la lutte.

Cet engagement consiste à combattre dans son milieu de vie afin que :

  • Les femmes puissent vivre dans la dignité, à l’abri du besoin et de la peur.
  • Les femmes soient soit moins pauvre, car l’autonomisation des femmes et des filles contribue à la santé et à la productivité des familles et des communautés et améliore les perspectives des générations futures.

Vue la noblesse de la lutte, la représentante résidente des Nations Unies, Il ne fait aucun doute que l’autonomisation des femmes est essentielle pour la réalisation des droits de la personne, réduire la pauvreté, favoriser le développement et relever les défis les plus urgents au niveau mondial. Pourtant, l’égalité des sexes reste une promesse non tenue. Tous les hommes doivent donc s’y engager.

Van Marcel OUOBA, Gulmu.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :